tea-biscuits_3398

Du thé, une université et des “pads”… (fr)

(Coventry, Angleterre) Partout où j’ai eu l’opportunité de m’entraîner, mes partenaires d’entrainement pourront tous seconder que je n’ai jamais possédé un talent inné pour le sport. Mon succès je le dois avant tout aux personnes extraordinaires qui m’ont entouré tout au long de mon cheminement. Mon entêtement et ma rigueur auraient été caducs si je n’avais pas joui d’un encadrement comme j’ai eu la chance de bénéficier.

L’Angleterre ne fait pas exception à la règle, ici aussi, j’ai l’opportunité d’évoluer avec des entraîneurs qui me poussent à me dépasser. Chaque fois que je mets les pieds dans la salle de conditionnement physique de l’université, mes entraîneurs personnels me demandent à la blague d’essayer d’être à l’écoute de mon corps. J’ai souvent entendu ce genre de commentaire et pour moi ça veut tout simplement dire que je suis sur la bonne voie. Je ne veux pas mettre de pression au prochain athlète du Québec qui mettra les pieds à Coventry pour s’entraîner, mais ici, ils pensent tous que les “French Canadians” sont dérangés une fois les pieds dans une salle de conditionnement physique. La semaine dernière, l’un des entraîneurs m’a conseillé d’arrêter de dire ‘’Easy’’ lorsque j’effectue des squats. Selon lui quand mes genoux claquent, quand mon front dégouline et quand je me rapproche de la teinte d’une tomate, il serait plus judicieux de me concentrer à bien faire chaque répétition et de m’exclamer ‘’Easy’’ seulement lorsque chacune d’elle est bien terminée. J’aime bien ce genre d’encadrement lors d’entraînements avec des poids et haltères parce que j’ai la fâcheuse habitude de toujours vouloir rajouter plus de poids tandis que les entraîneurs prêchent plutôt pour un technique irréprochable. Je m’assure donc de combler leurs exigences avant d’assouvir les miennes.

Pour ce qui est des entraînements de boxe, je dois vous avouez que c’est du jamais vu. Bien que j’aie déjà effectué plusieurs des exercices demandés tout au long de ma jeune carrière, jamais je n’ai eu la chance de profiter d’un véritable ‘’programme d’entrainement de boxe’’. Ce programme consiste à une série d’exercices autant devant un sac que devant une échelle d’agilité, avec une ou plusieurs balles en main ou devant les pads de mon entraîneur qui d’une façon ou d’un autre pallient à mes erreurs. De plus, j’ai eu la chance de faire des pads avec plusieurs entraîneurs au Québec, mais ça fait des années qu’une séance de mitaines ne m’a autant sorti de ma ‘’zone de confort’’ que les séances avec l’entraîneur-chef de l’Université de Coventry. Détrompez-vous, je ne sors pas particulièrement épuisé physiquement de ces séances d’entrainement, mais plutôt exténué mentalement. En somme, je pense bien revenir un ‘’nouvel homme’’ de ce périple et je compte bien vous donnez un aperçu de tout ça le 25 février.

Bonne année à tous et à très bientôt je l’espère.

 

Christophe Bernier, Champion Canadien des super lourd

 

Menu